Search
Close this search box.

The attack on Dr. Anouar El-Gharbi is an attack on all defenders of democracy and human rights.

Editor-in-chief of the Karkadan website in Geneva

Since the beginning of the month, some Swiss German-language media have been trying to attack the Tunisian-Swiss human rights activist Dr. Anouar El Gharbi, accusing him of communicating and coordinating with the leadership of the Hamas movement and supporting the boycott movement (BDS). It is clear that the targeting of our colleague is intended to create a state of fear among all activists, me and women, who are working to bring to light the crimes and atrocities taking place in Gaza at the hands of the Israeli occupation army and the countries complicit with it.

We would like to say to all those journalists who have sold their conscience and made lying their profession, that they do no honor at all to what we define as a journalist: the faithful witness and chronicler of the moment. There is no honesty in reporting, no honesty in information, but a readiness to pass judgment on those whose opinion differs from their own.
The situation in Gaza has caused Swiss diplomats and journalists to drop their masks. They have forgotten that international humanitarian law was born in Geneva, in Switzerland, and that the agreements made by some with Israeli war criminals make them partners not only in booty, but also in crime. On this occasion, we do not forget the role of the Minister of Foreign Affairs, whose resignation was demanded by thousands of demonstrators in Geneva on Saturday November 11, 2023, during a demonstration in support of the Palestinian people attended by over 10,000 people.

The shameful positions of some do not make us lose sight of the historic declaration signed by a hundred Swiss artists, men and women, in support of Palestine, denouncing the crimes committed by the army of occupation. Nor have we forgotten the stand taken by Swiss civil society against Israeli war crimes.
The following is an Arabic translation of the article, which does no credit to its publisher, so that all free people are aware of the despicable methods used against human rights activists. It is striking to note that two years ago, this same platform supported the Israeli apartheid authority’s decision to close six Palestinian human rights organizations on charges of terrorism.

A Swiss activist linked to Hamas!

One of the leaders of the pro-Palestinian demonstration in Berne: This Swiss has links with Hamas.

Anouar El Gharbi, born in Tunisia, maintains contacts with the Hamas leadership from Switzerland. He was one of those who called for a march for Palestine in Berne last weekend.
Anouar El Gharbi lives in French-speaking Switzerland and has contacts with Hamas.

Several thousand people took to the streets of Berne on Saturday to demand an end to the war in the Gaza Strip. Controversial anti-Israeli slogans were also shouted.

The Sonntags Zeitung newspaper reports that French-speaking Swiss activist Anouar El Gharbi, among others, called for the demonstration and has links with Hamas. He met Hamas leader Ismail Haniyeh (61) in Turkey in the summer of 2021. The newspaper published a photo showing Haniyeh, El Gharbi and others from Geneva. The United States had already designated Haniyeh a terrorist by this time.

US sanctions against El Gharbi’s association

As reported in the Sonntags Zeitung newspaper, this Swiss citizen of Tunisian origin has been active for 30 years on behalf of Palestinians in French-speaking Switzerland. He helped found the Boycott, Divestment, Sanctions (BDS) movement in Geneva. This international movement calls for a boycott of Israeli products. Switzerland distances itself from anti-Semitism, but representatives of the campaign deny Israel’s right to exist.

El Gharbi also set up a pro-Palestinian association in the 1990s, which ended up on the US Treasury Department’s sanctions list on suspicion of having links with Hamas. In the crosshairs of federal investigators? When questioned by the newspaper, Mr. El Gharbi declined to comment on his proximity to Hamas. Instead, he referred to a comment in which he declared that “the West’s general support for Israel in its war against the Palestinians” “will not be ignored” by the international courts. The Ministry of Foreign Affairs stated that no Swiss financial aid had been granted to organizations linked to Mr. El Gharbi. However, the Federal Public Prosecutor’s Office has opened an investigation to determine whether Hamas receives support from Switzerland and through which channels.
The Federal Public Prosecutor’s Office did not specify whether the investigators were also targeting El Gharbi in this context.

NB: After the publication of the article in Arabic, the editorial board received several letters of solidarity
from international and Arab organizations that the editorial board thanks for their quick response and
support, including the organizations of the International Defense Coalition of Palestinian rights.

Article en french

 

L’attaque contre le Dr. Anouar El-Gharbi est une attaque contre tous les défenseurs de la démocratie et des droits de l’homme.

Rédacteur en chef du site Karkadan à Genève

Depuis le début du mois, certains médias suisses alémaniques tentent d’attaquer l’activiste tuniso-suisse des droits de l’homme, le Dr. Anouar El Gharbi, en l’accusant de communiquer et de se coordonner avec la direction du mouvement Hamas et de soutenir le mouvement de boycott (BDS). Il est clair que le fait de cibler notre collègue vise à créer un état de peur parmi tous les activistes, hommes et femmes, qui travaillent à faire connaître les crimes et les atrocités qui se déroulent à Gaza aux mains de l’armée d’occupation israélienne et des pays qui en sont complices.

Nous voudrions dire à tous les journalistes qui ont vendu leur conscience et fait du mensonge leur métier, qu’ils ne font pas du tout honneur à ce que nous définissons comme un journaliste : le témoin fidèle et le chroniqueur du moment. Il n’y a pas d’honnêteté dans le reportage, pas d’honnêteté dans l’information, mais une facilité à porter des jugements sur ceux dont l’opinion diffère de la leur.

La situation à Gaza a fait tomber bien des masques chez les diplomates et les journalistes suisses. Ils ont oublié que le droit international humanitaire est né à Genève, en Suisse, et que les accords passés par certains avec les criminels de guerre israéliens les rendent partenaires, non seulement du butin, mais aussi du crime. A cette occasion, nous n’oublions pas le rôle du ministre des Affaires étrangères, dont la démission a été exigée par des milliers de manifestants à Genève le samedi 11 novembre 2023, lors d’une manifestation de soutien au peuple palestinien à laquelle ont participé plus de 10 000 personnes.

Les positions honteuses de certains ne nous font pas perdre de vue la déclaration historique signée par une centaine d’artistes suisses, hommes et femmes, en soutien à la Palestine, dénonçant les crimes commis par l’armée d’occupation. Nous n’oublions pas non plus la prise de position de la société civile suisse contre les crimes de guerre israéliens.

Ce qui suit est une traduction en français de l’article qui ne fait pas honneur à son éditeur, afin que tous les esprits libres connaissent les méthodes ignobles utilisées contre les militants des droits de l’homme. Il est frappant de constater que cette même plate-forme a soutenu, il y a deux ans, la décision de de l’autorité du système d’apartheid de fermer six organisations palestiniennes de défense des droits de l’homme, accusées de terrorisme.

(NB : Après la publication de l’article en arabe, le comité de rédaction a reçu plusieurs lettres de solidarité d’organisations internationales et arabes que le comité de rédaction remercie pour leur réaction rapide et leur soutien, notamment les organisations de la Coalition internationale pour la défense des droits des Palestiniens).

Un militant suisse lié au Hamas !

L’un des responsables de la manifestation pro-palestinienne à Berne : Ce Suisse a des liens avec le Hamas

Anouar El Gharbi, né en Tunisie, entretient des contacts avec la direction du Hamas depuis la Suisse. Il est l’un de ceux ayant appelé à une marche pour la Palestine à Berne le week-end dernier.

Anouar El Gharbi réside en Suisse romande et a des contacts avec le Hamas.

Plusieurs milliers de personnes sont descendues dans les rues de Berne ce samedi pour exiger la fin de la guerre dans la bande de Gaza. Des slogans controversés, considérés comme anti-israéliens, ont également été lancés.

Le journal SonntagsZeitung rapporte que l’activiste suisse francophone, Anouar El Gharbi, a appelé, entre autres, à la manifestation et qu’il a des liens avec le Hamas. Il a rencontré le chef du Hamas, Ismail Haniyeh (61 ans), en Turquie au cours de l’été 2021. Le journal a publié une photo montrant Haniyeh, El Gharbi et d’autres personnes de Genève. Les États-Unis avaient déjà désigné Haniyeh comme terroriste à ce moment-là.

Sanctions américaines contre l’association d’El Gharbi

Comme l’écrit le journal SonntagsZeitung, ce citoyen suisse d’origine tunisienne milite depuis 30 ans en faveur des Palestiniens en Suisse romande. Il a participé à la fondation du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) à Genève. Ce mouvement international appelle notamment au boycott des produits israéliens. La Suisse se distancie de l’antisémitisme, mais les représentants de la campagne nient le droit à l’existence d’Israël.

El Gharbi a également créé dans les années 90 une association pro-palestinienne qui s’est retrouvée sur la liste des sanctions du département du Trésor américain parce qu’elle était soupçonnée d’avoir des liens avec le Hamas.

Dans le collimateur des enquêteurs fédéraux ? Interrogé par le journal, M. El Gharbi n’a pas voulu commenter sa proximité avec le Hamas. Il a plutôt fait référence à un commentaire dans lequel il déclarait que “le soutien général de l’Occident à Israël dans sa guerre contre les Palestiniens” “ne sera pas ignoré” par les tribunaux internationaux. Le ministère des affaires étrangères a indiqué qu’aucune aide financière suisse n’avait été accordée à des organisations liées à M. El Gharbi. Toutefois, le ministère public fédéral a ouvert une enquête pour déterminer si le Hamas bénéficie d’un soutien de la Suisse et par quels canaux. Le ministre public fédéral n’a pas précisé si les enquêteurs visaient également El Gharbi dans ce contexte.

Scroll to Top